Ce que nous révèle le baromètre des DRH par Mme Isabelle Drouet de la Thibauderie !

Un accès aux métiers RH qui se diversifie.

Tout d’abord, la fonction RH suscite un intérêt accru et attire de plus en plus de professionnels issus d’autres filières métier, plus directement en prise avec le business ou la production. En effet, un DRH sur deux n’a pas effectué son cursus au sein de la filière RH.

La principale source de motivation des DRH réside dans leur rôle de conseil auprès des managers et des collaborateurs ainsi que dans leur rôle de partenaire stratégique auprès de la Direction Générale.

Une gestion difficile des multiples contraintes.

Or, 25% d’entre eux se disent encore très investis dans des activités administratives de la fonction et considèrent que cette tendance s’est considérablement accélérée depuis 2012 (+11 points).

L’accélération des réformes depuis 3 ans et le rythme soutenu des restructurations depuis 2012 avec un pic en 2016 en est probablement l’une des raisons. Les DRH considèrent qu’ils doivent encore trop souvent agir dans le court terme et intervenir dans les situations d’urgence, en mode pompier, ce qui se fait au détriment d’activités plus stratégiques.

Les risques psycho-sociaux n’épargnent pas non plus les DRH qui voient leurs horaires de travail augmenter, rencontrent des difficultés à se déconnecter et à déconnecter. Plus préoccupant, certains affirment agir contre leur éthique et leurs valeurs.

Un rôle complexe et stratégique

Malgré la complexité accrue de leur rôle, plus de 70% des DRH considèrent leur métier plus enrichissant, plus stratégique et plus intéressant.

Conscients des enjeux qui se jouent entre injonctions macro-économiques, attentes des salariés, exigences des partenaires sociaux, des Directions Générales et des actionnaires, les DRH font face à de multiples contraintes dans un contexte d’entreprises en pleine mutation.

Les enjeux sont nombreux pour la fonction RH :

  • l’anticipation des conséquences sur les emplois,
  • les compétences et les organisations de la révolution numérique,
  • la prise en compte des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle et le big data dans la façon d’exercer les métiers RH.

Citons aussi, l’émergence de nouveaux modes de travail, la prise en compte des évolutions des attentes des jeunes générations, l’allongement de la durée théorique de la vie active avec le recul de l’âge du départ à la retraite dans un contexte où l’on projette une baisse du volume d’emplois…tout cela dans le maintien d’un dialogue social constructif.

Les DRH se trouvent au carrefour des enjeux sociétaux, économiques et technologiques. Un défi passionnant à relever pour cette fonction encore sous-estimée.

Un bon entendeur salut !